L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

L’anti-crise, arme de séduction massive

DailyUne | Réflexions Par | 16 juillet 2009

La crise fait fuir, l’anti-crise semble séduire. L’anti-crise (ou anticrise puisqu’on trouve les deux orthographes) se conjugue à toutes les sauces. Formules, menus, campagnes, remèdes, bons plans, solutions et autres opportunités, un qualificatif passe-partout. Depuis le début d’année, la crise nous submerge de ces offres miracles. Une façon de se démarquer et de retourner la conjoncture en un argument de vente.

Ne parlez plus de promo ou de rabais, dites tout simplement anti-crise. Simple nuance sémantique, mais qui change pas mal de choses. L’anti-crise est partout. Des multinationales (exemple Hewlett Packard qui en même fait un nom de domaine) à la boutique de quartier. A Roubaix, un magasin de pièces détachées en électroménager vient à ouvrir ? On parle de solution anti-crise. Un Nordiste lance un site de micro-crédit solidaire ? On parle de bon plan anti-crise (lire l’article de la Voix du Nord). Même la ducasse de quartier est devenue anti-crise (exemple puisé chez Nord Eclair). Même les traditionnels banquets d’association peuvent se décliner façon anti-crise. Quant au net, il pullule d’offres anti-crise avec des blogs consacrés exclusivement au sujet (on a retenu celui de Cyril, coach anti-crise par exemple). Bref, chaque jour apporte son arme anti-crise, simple placebo ou véritable opportunité. A tel point qu’on se demande si notre pouvoir d’achat va pas finalement mieux se porter.


Pied de nez à la crise

Mais c’est du côté des restaurateurs que la ruée paraît la plus significative. Le fameux menu anti-crise. L’idée, fort simple, a vite fait des émules. Avec souvent un effort sur les prix, mais aussi un joli coup de pub à la clé. Exemple ? Le Quick de Grande-Synthe qui balançait en mars un menu à un euro. Résultat, l’initiative a fait le tour des médias régionaux (même DailyNord n’y a pas échappé). Autre exemple, le Silva à Roncq (Tourcoing) avec sa formule anti-crise lancée en avril et relayée dans les médias locaux. Même pas besoin de contacter les journalistes tant la presse est friande de tout ce qui touche au sujet.

Une presse volontiers adepte de l’anti-crise, ceci dit en passant. Normal, faut bien vendre du canard. Là aussi, un petit coup de Google actu permet de s’assurer des multiples déclinaisons (ce jeudi, l’anti-crise du jour était la formation professionnelle avec quelques dizaines d’articles à ce sujet). Les compilations de bons plans ont aussi le vent en poupe. Exemples : « Trucs et astuces pour rester une fashionista en temps de crise ! », (Marie Claire d’avril), « Bons plans pour acheter malin » (Europe 1 le 21 avril), « Les bons plans anti-crise » (La Voix du Nord du 2 mai dernier)… Florilège non exhaustif. Désormais, pour éviter de parler de la conjoncture, on parle d’anti-crise. Nuance lexicale logique car qui a encore envie d’entendre parler de récession ? Désormais, on positive.


L’anti-crise fait recette

Reste une question. Essentielle. L’anti-crise marche-t-elle ? Question posée à Mickaël Da Silva, responsable du restaurant éponyme à Roncq. Avec son menu « anti-crise » (menu à 10 euros au lieu de 13,90 euros), le restaurateur dit avoir enregistré « un impact assez rapide ». « Notre activité avait vraiment chuté depuis le début d’année. Nous avons donc choisi de lancer cette formule le mercredi midi, notre journée la plus calme. Cela nous a apporté une bouffée d’oxygène : de quinze couverts nous sommes aujourd’hui passés à 30-35 aujourd’hui. » Une idée aperçue à la télé, avec des restaurateurs qui, dans d’autres régions, avaient lancé déjà des formules similaires.  La recette séduit, donc. Et pas forcément, ceux et celles qui ont quelque chose à vendre. Les clients aussi. Sauf qu’au fil des mois, l’idée perd de sa singularité et s’épuise d’autant plus vite que l’on s’en sert à outrance. Et à ce train là, l’anti-crise risque bientôt d’en lasser plus d’un.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX FUTURES RÉGIONALES ET DÉPARTEMENTALES 2021 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

NEWSLETTER DAILYNORD

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les + lus