L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Un restau, formule solidaire

DailyUne | Petite histoire Par | 11 mai 2009

Un menu discret sur ses prix, d’ordinaire, cela nous aurait inquiétés. Et peut-être même coupé l’appétit: la peur de l’addition salée. Finalement, on s’en tirera plutôt bien : douze euros pour deux couverts. Entrées, plats et desserts. Qui dit mieux ? El  Fouad à Avion (près de Lens) est un restaurant solidaire. Un vrai, avec des prix réellement accessibles. Une des rares initiatives du genre dans la région.

On ne va pas vous mentir. Question cadre, on a vu mieux. Au milieu des tours et des barres de béton, El Fouad est l’unique restau du quartier de la République à Avion. Quelque 4 000 âmes, un taux de chômage qui flirte avec les 30% et une population pour laquelle le restaurant demeure un luxe. « Lorsqu’on a ouvert, les gens entraient et pensaient qu’il s’agissait de plats à emporter », se souvient Martine Vandevoorde, bénévole de l’association El Fouad à l’origine du projet.

Un restau pour une bouchée de pain

A première vue, El Fouad (le « cœur » en marocain) demeure un restaurant comme les autres. On s’assied, on commande, on nous sert. A la singulière différence que les prix ne sont affichés nulle part. Ni au menu, ni sur le trottoir ou en vitrine. Interdit pour un restaurant solidaire de faire de la publicité afin d’éviter toute concurrence déloyale.[singlepic id=301 w=320 h=240 float=left]

Au choix, couscous, poulet aux olives, steak frites, poisson pané… Des plats simples sans prétention. Les gastronomes resteront sans doute sur leur faim, mais cela vaut bien pas mal de brasseries. Et à ce tarif là, il serait de mauvais goût de jouer les fines bouches. D’autant que six euros demeurent la fourchette haute, le tarif des « solidaires ». Quatre euros pour les bénéficiaires, chômeurs, Rmistes, personnes démunies… Une bouchée de pain ? Pas pour tout le monde apparemment. « Malgré le prix, des familles nombreuses n’ont pas forcément les moyens de venir », regrette Sylvain Vandevoorde, vice-président de l’association El Fouad.

Restau pour les uns, cantine pour les autres

Ouvert le midi (du mardi au vendredi) depuis décembre, le bouche à oreille n’a pas tardé à remplir le restau. Coordinateur de l’association El Fouad, Foued Boudaoud évoque « une quarantaine de couverts en moyenne ». Et sans doute davantage dans les mois à venir, avec une ouverture les soirs et le samedi, des soirées à thèmes, une licence II (pour la bière et du vin, car pour le moment, c’est de l’eau et rien d’autre) et peut-être une terrasse extérieure pour les beaux jours. Qui vient manger au restau solidaire ? Un peu tout le monde. « Les habitants du quartier, les adhérents de l’association (400 à ce jour, ndlr), des gens de passage dans la ville, les employés de la commune… », témoigne Foued Boudaoud. « Nous avons aussi des personnes âgées », complète Martine Vandevoorde. On y vient pour essayer, on y revient aussi. Il y a même des habitués à table « tous les jours ». Forcément, à ce tarif là, on ne s’embête plus à faire la popote. On vient parce que ce n’est pas cher, parce que ce n’est pas loin, parce que c’est simple et que tout le monde semble se connaître. D’ailleurs, lorsque quelqu’un entre, il passe souvent de table en table distribuer les poignées de main.

L’insertion passe par l’assiette


COMMENT VIT UN RESTAURANT SOLIDAIRE ?

A six euros maxi le repas complet, difficile de rentrer dans ses sous. Même si le coût moyen d’un repas tourne autour des trois euros, grâce à un partenariat avec la Banque alimentaire. Le restaurant solidaire se nourrit donc des subventions : Municipalité (PC), Conseil général du Pas-de-Calais, Fonds social européen, un peu d’autofinancement aussi.
Trois ans que l’idée germait dans l’esprit des responsables de l’association El Fouad. Trois ans à ficeler le dossier, à glaner des financements, à décrocher les autorisations auprès de la DDASS, de la Direction départementale du travail, du Pôle emploi…
L’association (20 ans d’existence) intervient également dans l’Héninois ou l’Arrageois et compte de nombreuses actions : insertion, cours d’alphabétisation. Dans ses cartons, elle compte également une épicerie solidaire à Avion avec des ouvertures régulières chaque semaine (en septembre), un atelier maraîchage (pratique pour le restau) et un atelier de vente de meubles en kit à prix bas. Façon solidaire bien sûr.

Donner un restau à ce quartier et à une population défavorisée, l’idée est sans doute généreuse. Mais pour être honnête, elle n’était pas la motivation originelle. Non. Le restaurant s’inscrit dans le prolongement l’atelier cuisine de l’association; un atelier destiné à l’insertion de demandeurs d’emploi. « Le but est de mettre en place un savoir-faire pour que les gens restent le moins de temps possible dans l’atelier », confie Martine Vandevoorde. « Le restaurant reste un prétexte. Si en même temps, il amène du bien-être dans le quartier, c’est tout gagné. » Entre la cuisine et la salle, cinq personnes au total y travaillent. Pour le moment. « A terme, avec l’ouverture le soir et la partie traiteur, nous aurons 18 personnes », explique Foued Boudaoud. « Dans les métiers de la restauration, il existe aujourd’hui plus d’offres que de demandes. On souhaite que ces personnes puissent décrocher un emploi dans la restauration traditionnelle ou collective. » Et la meilleure expérience, c’est de faire tourner ce restau comme n’importe quel autre.

Le restaurant solidaire est ouvert du mardi au samedi midi pour le moment. Une ouverture le soir est prévue dans les prochains mois. Restaurant solidaire : 8, allée Pottier, 62 210 Avion. Téléphone : 06 68 05 67 05.
Coordonnées de l’association El Fouad, 7/2 rue Emile Zola, Bâtiment les Glycines, 62 210 Avion. Téléphone : 03 62 90 02 65

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie