L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Hénin peut-elle devenir la vitrine du FN ?

DailyUne | Réflexions Par | 07 mai 2009

Certes, Gérard Dalongeville demeure (simplement) suspendu de ses fonctions pour un mois. Officiellement, on ne parle pas encore de révocation du maire ni de nouvelles élections à Hénin-Beaumont. Mais dans les différents QG politiques, on y songe déjà. Au PS comme au FN, par la voix de Marie-Noëlle Lienemann ou celle de Steeve Briois, on réclame le retour aux urnes. Et côté FN, on rêve forcément d’un nouveau coup d’éclat.

Après Vitrolles (Bouches-du-Rhône) en 1997, Hénin-Beaumont peut-elle devenir la nouvelle vitrine du Front national ? Entre la provençale et la nordiste, a priori guère de points communs. Et pourtant. « Le parallèle avec Hénin-Beaumont n’est pas incongru ; à Vitrolles, aussi, la ville était en quasi-faillite », estimait récemment Marine Le Pen (Le Monde du 17 avril). Deux villes moyennes (37 000 habitants pour Vitrolles, 27 000 pour Hénin), chacune avec une figure de proue nationale : Bruno Mégret et Marine Le Pen. Deux communes avec un terreau sensiblement identique : un taux de chômage élevé, un malaise social, des désordres financiers, une gauche désordonnée voire discréditée. Et surtout, un long travail de sape du FN entamé depuis plus d’une décennie.
[singlepic id=242 w=600 h=400 float=center]

Le FN en embuscade

Car pour le Front national, Hénin demeure  une vitrine de prédilection. En témoigne le parachutage de Marine Le Pen (conseillère régionale d’Ile-de-France, députée européenne) : en deuxième position sur la liste des municipales 2008, candidate dans la treizième circonscription voisine (Lens) aux législatives  2002 puis dans la circonscription héninoise en 2007 (avec 41,75% au second tour). Election après élection, le FN s’enracine. Pas d’ascension fulgurante, mais un grignotage systématique. Et une victoire lui permettrait d’envisager un effet domino dans cette partie de l’ex-bassin minier gangrené par le vote frontiste. On pense notamment à la commune voisine de Wingles (8 600 habitants, 36% pour le FN au premier tour des municipales 2008). Tout un symbole lorsqu’on songe qu’Hénin, comme la plupart des cités du secteur, est vissée à gauche depuis un siècle (exception faite sous l’Occupation).

DE HENIN A VITROLLES

La progression avait été fulgurante. Plus de 43% aux élections de 1995 pour Bruno Mégret face au maire socialiste sortant. Insuffisant pour passer. Mais l’annulation du scrutin (pour dépassement de frais de campagne) avait accordé une seconde chance au FN en 1997. Catherine Mégret (son époux était frappé d’inéligibilité) avait alors été élue puis réélue en 2001 dans une triangulaire (élection annulée un an plus tard). Aux commandes durant cinq années, le FN a défrayé la chronique par sa gestion municipale. Notamment avec des mesures à l’encontre du monde associatif et culturel (évincement de personnel, réduction ou suppression de subventions…). On se souvient aussi des noms de rues changés : Jean-Marie Tjibaou (leader indépendantiste kanak) au profit de l’avenue Jean-Pierre Stirbois, la place Nelson Mandela devenue place de Provence, Salvador Allende remplacé Mère Térésa, etc. Parmi les autres mesures du FN à Vitrolles, on se souvient encore de la tentative de réserver certaines prestations sociales aux seuls ressortissants français et européens, la fin de contrat pour 150 employés municipaux et l’essor des effectifs de la police municipale avec la mise en place d’une brigade spéciale.

Enfin, comme le Vitrolles des années 90, le FN local emmené par Steeve Briois (tête de liste aux municipales depuis 1995) est actif sur le terrain. Et très actif même. Toujours en campagne. Davantage encore avec la promiscuité des européennes (où Marine Le Pen emmène la liste).  Il suffit de se balader dans la ville pour apercevoir les affiches du FN fraîchement placardées. Ou de parcourir les blogs des intéressés. Pas un jour (ou presque) sans que Steeve Briois n’évoque l’affaire héninoise dans ses posts. Et à la lecture de ces billets, on sent bien que le futur candidat est d’ores et déjà en campagne, davantage enclin à égratigner d’éventuels concurrents qu’à ressasser « l’affaire Dalongeville ». La méthode ne change pas. Occuper le terrain, sans cesse. Le même travail de longue haleine avait porté ses fruits à Vitrolles dans la décennie précédente.

Le danger de l’abstention

Mais la comparaison avec la cité provençale s’arrête là. Pour le moment du moins. Car avec 28% au premier tour des dernières municipales et un score identique la semaine suivante, Hénin demeure bien loin des scores vitrollais (43% en 1995). Si le parti de Jean-Marie Le Pen dispose désormais d’une implantation solide dans cette partie de l’ex- bassin minier, celle-ci paraît encore insuffisante pour faire basculer ce bastion de gauche. Certes, on ne peut pas nier que la crise héninoise détournera de nouveaux suffrages vers le parti frontiste. Guère d’autre choix ici pour manifester son mécontentement. La gauche ? Une partie paraît entachée par les événements des dernières semaines. La droite ? Elle demeure inexistante sur les terres héninoises (5,49% au premier tour 2008). Au moins, la discrétion de l’UMP écarte l’hypothèse d’une triangulaire, barrant au FN le chemin de la mairie.

Reste une inconnue. En cas d’élections, comment l’Héninois se comportera-t-il ? Après avoir élu un maire en 2001 qui avait fondé sa campagne en dénonçant la gestion de son prédécesseur, l’électeur – en particulier de gauche – peut apparaître désabusé et opter pour l’abstention. D’autant que les élections intermédiaires sont souvent accompagnées d’une montée significative des abstentionnistes. Autant le rappeler, dans les scrutins l’abstention a jusqu’à présent profité au Front national. De quoi asseoir un peu plus le FN dans la ville. Le parti de Jean-Marie Le Pen n’en attend peut-être pas davantage. Grignoter petit à petit.

A lire sur le même sujet : Hénin-Beaumont pour les nuls

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie