L'autre information du Nord – Pas-de-Calais

Et si la région était de droite ?

DailyUne | Rebrousse-poil Par | 24 avril 2009

Deux conseils généraux, un conseil régional et une flopée de villes. Le Nord – Pas-de-Calais demeure solidement enraciné à gauche. Depuis des lustres, même. Alors, pour changer, on s’est imaginé une région en bleu. Avec un conseil régional, des Départements et tout plein de mairies de droite. On a fait travailler nos méninges (enfin, pas trop quand même) et on s’est demandé ce que cela pourrait bien changer. A lire au second degré et à compléter avec vos idées.

Plus de guest stars, plus souvent

Question de logique. On préfère aller chez les amis plutôt que chez ceux qui nous accablent sans cesse. Avec une région de droite, on verrait plus souvent Sarkozy. Plus souvent ses ministres. Comme au temps du Gouvernement Jospin. Pour des inaugurations, pour annoncer une quelconque mesure gouvernementale ou même par simple courtoisie. Allez, peut-être même que Carla nous gratifiera d’une tournée régionale. Trois dates : le Kursaal – l’Aéronef – le stade régional de Liévin. Une chose est sûre, la région serait davantage représentée au Gouvernement. Un seul ministre à l’heure actuelle (Jean-Louis Borloo), ça fait peu pour une région de 4 millions d’âmes (6% de la population française).

Révolution sémantique

La place Jean-Jaurès, la rue Léon-Blum. Difficile de trouver une commune qui y échappe. Jules Guesde, Emile Basly, Roger Salengro… Que des hommes de gauche. Et ça continue. François Mitterrand, Pierre Bérégovoy par exemple ont désormais pris le relais. Forcément, avec une région à droite, on aurait encore plus de places Général-de-Gaulle, davantage de rues Pompidou, Chaban-Delmas, Pierre-Messmer…

Du sport dans l’ex bassin minier

Les élections seraient davantage animées. En particulier dans l’ex-Bassin minier où il faut bien reconnaître que cela manque un peu de sport lors des scrutins. Une UMP quasi inexistante (à l’exception de Valenciennes) et des maires rarement inquiétés, élus souvent dès le premier tour. Au moins, avec des mairies de droite, on saurait pour qui voter : en cas de désaccord avec la gestion municipale, on aurait le choix de plébisciter la gauche.

Le numérique avant tout le monde

Régions et départements sont souvent pilotes pour des mesures gouvernementales avant leur application au reste de l’Hexagone. Le Nord – Pas-de-Calais de droite serait ainsi privilégié (à condition toutefois que le Gouvernement demeure de droite). Exemple, on aurait pu avoir la télévision tout numérique avant les autres. Comme l’Alsace, seule région de droite, et désignée pour expérimenter cette TV fin 2009 tandis que les autres régions devront patienter 2010 voire 2011, date butoir pour la disparition de la TV analogique.

Moins d’impôts locaux (encore que…)

Cette année, c’était facile : « on augmente les impôts, mais c’est pas de notre faute. C’est à cause du désengagement de l’Etat ». Pour une collectivité de droite, ça devient forcément plus embarrassant. Prière de trouver une autre excuse. Néanmoins, en regardant les différentes collectivités, c’est pas gagné d’avance. Car on a vu certaines villes de droite augmenter -parfois copieusement- leurs taux d’imposition. La pression fiscale en Alsace demeure cependant une des moins fortes de France.

Un point rencontre pour les grèves

Pratique pour les pêcheurs, les universitaires, les ERDF, tous les mécontents du moment.. Avec des collectivités à droite, la rue saura à quelle porte frapper. Plus besoin de monter à Paris, on peut manifester son mécontentement à l’encontre du Gouvernement dès sa commune. Service de proximité oblige. Et pour le citoyen lambda qui veut éviter les « points chauds » un jour de grève, fastoche : le cortège emprunte toujours le même chemin à Lille. De la Préfecture au Conseil régional en passant par le Département. Forcément, les manifestants, grévistes et syndicats compteront aussi moins de soutiens et moins d’élus régionaux dans leurs rangs. On ne peut pas tout avoir.

Moins de culture, plus de sécurité

Dans un monde caricatural, il existe des valeurs communément prêtées à la gauche : le social, la culture… Et d’autres à la droite : l’économie, la sécurité… En somme, le Nord – Pas-de-Calais ne serait plus cette terre ouvrière, mais plutôt une région d’entrepreneurs. Une région où on parlerait moins de culture, moins de social, pour parler davantage de sécurité. Où on évoquerait moins le bouclier fiscal, moins les parachutes dorés, pour parler davantage du plan de relance, des mesures gouvernementales. Un vrai relais de la politique gouvernementale.

Ce contenu est © DailyNord. Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (n’excédant pas la moitié de l’article) en citant bien évidemment la source. Si vous désirez publier l’intégralité de l’article, merci de nous contacter »

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

POLITIQUE

EN ROUTE VERS LES MUNICIPALES 2020

INFORMATIONS ESSENTIELLES, ANECDOTIQUES, DÉCRYPTAGES, ENQUÊTES, RÉVÉLATIONS, INDISCRÉTIONS, REBONDS DÉCALÉS... TOUS NOS ARTICLES S'INTÉRESSANT AUX MUNICIPALES 2020 SONT PAR ICI ! ACCÉDER AU DOSSIER

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

AR2L - Agence Régionale du Livre et de la Lecture