Lire la suite " />

DailyUne | Réflexions Par | 20H30 | 18 février 2009

Dérives sectaires (3): affaire de point de vue ?

Dans le monde de la lutte contre les dérives sectaires, elle est certainement l’une des figures les plus en vue : Charline Delporte, présidente de l’ADFI Nord – Pas-de-Calais (Association de défense de la famille et de l’individu), n’a pas sa langue dans sa poche et accueille chaque semaine de nouvelles victimes au sein de l’association. Du côté de ceux souhaitant que les nouveaux mouvements religieux trouvent leur place dans notre société, on trouve Thierry Bécourt. Celui qui a longtemps vécu dans la région est aussi le président du CAPLC (Coordination des associations de particuliers pour la liberté de conscience).  Trois questions à ces deux acteurs au cœur des dérives sectaires.

CHARLINE DELPORTE : « QU’UN TEL CROIT A QUELQUE CHOSE, CE N’EST PAS LE PROBLEME DU VOISIN »

[singlepic id=126 w=320 h=240 float=left]DailyNord : Qu’appelez-vous une dérive sectaire ?

Charline Delporte : La différence entre une dérive sectaire et des croyances peut être difficile à établir. Mais cette addiction, car c’en est une, repose sur des critères de dangerosité, au nombre de dix : la déstabilisation mentale,  des exigences financières exorbitantes, une rupture avec l’environnement d’origine, des atteintes à l’intégrité physique, l’embrigadement des enfants, un discours antisocial, des troubles à l’ordre public, l’importance des démêlés judiciaires, le détournement des circuits économiques traditionnels et une tentative d’infiltration des pouvoirs publics.

DailyNord : Quand passe-t-on cette fameuse ligne blanche entre un groupe tout à fait banal et une dérive sectaire ?

Charline Delporte : Qu’un tel ou une telle croit à quelque chose, pas de souci, ce n’est pas le problème du voisin. Le dépassement de la ligne blanche, c’est quand on fait faire des choses contraires à la loi après un procédé de manipulation mentale. Battre son enfant pour en faire sortir le diable. Faire l’éducation sexuelle de son enfant, via des adultes. L’adepte n’est plus raisonnable.

DailyNord : Quels sont les recours face à des dérives sectaires ?

Charline Delporte : Il est très difficile d’emmener les victimes ou familles devant les tribunaux. Les organisations sectaires savent très bien qu’on ne peut pas faire grand-chose contre elles. D’ailleurs, le groupe est souvent plus mauvais envers nous que le gourou. Et le problème se pose : comment expliquer au tribunal que tu ne t’attaques pas aux croyances ?

THIERRY BECOURT : « CETTE DERIVE DOIT ETRE JUGEE SUR DES FAITS »

DailyNord : Comment définissez-vous une dérive sectaire ?
Thierry Bécourt : Il n’y a pas de définition bien claire. Une dérive sectaire est constatée lorsqu’il y a un délit. Cette dérive doit être jugée sur des faits, on ne peut pas refaire le procès de la spiritualité à chaque fois. Il n’y a rien de répréhensible à la spiritualité dans un Etat de droit.

DailyNord : Mais vous êtes d’accord que certains mouvements sont dangereux…

Thierry Bécourt : Oui, mais on doit apporter la preuve. Nous sommes d’accord sur les condamnations, mais on ne peut se substituer à la justice. Les associations doivent faire la part entre les rumeurs et les faits avérés. Au CAPLC, nous ne sommes pas dans une démarche partisane : nous voulons juste une laïcité positive. Pourquoi y aurait-il une loi qui ne toucherait qu’une catégorie de citoyens ? Pourquoi pas une loi selon les races, alors ?

DailyNord : Pourquoi mettre en cause des associations comme l’ADFI ?

Thierry Bécourt : Ça s’appelle de la délation. L’ADFI envoie un courrier ou passe un coup de téléphone pour dire que tel ou tel mouvement est dangereux. Même s’il n’y a pas de délit. On ne peut pas juger la religion !  Si un membre d’une communauté commet un acte répréhensible, doit-on pour autant condamner toute cette communauté ? Il y a quand même des gens qui perdent leur travail à cause de ça. C’est un climat de terreur, inquisiteur.

Pour consulter les autres articles de notre dossier :

Dérives sectaires, l’intro

Dérives sectaires, la mutation

Témoignages d’ex-adeptes

Des discours édifiants

L’incompréhension des mouvements mis à l’index

– Dérives sectaires, la conclusion : plus de 200 mouvements dans la région

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Abonnez-vous à notre newsletter

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

Les tops DailyNord

Les Livres avec Eulalie

Contacter la rédaction

Ça se passe par là