PHOTOREPORTAGE

Réalités Par | 08H00 | 11 novembre 2014

Grande Guerre : sur la ligne du front ouest (2/2)

En ce 11 novembre 2014, forcément une date particulière, deuxième volet de notre reportage photographique sur la ligne de front, de la Belgique jusqu’à la Suisse.

Retrouvez la première partie du reportage.

Une carte est disponible à la fin du reportage pour vous repérer géographiquement.

Massiges (Marne). Le site de la main de Massiges (sa forme rappelle une main) était un poste d’observation sur les plaines de la Marne. Une association de passionnés a reconstitué à l’identique les tranchées du champ de bataille.

Massiges (Marne). Albert est un riverain. Il a participé à la réhabilitation du site. Âgé de 84 ans au moment du reportage, il a toujours baigné dans l’univers de la guerre. Des générations ont été élevées dans cette atmosphère, avec un membre de la famille ayant participé ou étant mort au combat. Cette mémoire tend, forcément, à disparaître.

Massiges (Marne). Une cantine de soldat. Les bénévoles de l’association ont exhumé de nombreux vestiges : semelles de bottes, couverts et bouteilles, armes, allemands et français. Ainsi que plusieurs soldats. Certains ont été identifiés et rendus à leur famille.

Lachalade (Meuse). La forêt d’Argonne, seul relief important (un peu plus de 300m d’altitude) s’étalant sur la Marne, la Meuse et les Ardennes,  était le terrain de combats meurtriers du fait de sa position stratégique. Le long de la route de Haute-Chevauchée, on peut trouver un ossuaire et de nombreuses tranchées où l’on peut s’imaginer le soldat cavalant dans les sous-bois. Le sol est rempli de tunnels et galeries vestiges de la guerre des mines.

Beaumont-en-Verdunois (Meuse). C’est l’un des neuf villages déclarés « mort pour la France ». Rasé en 1916, classé en zone rouge à cause de la terre remplie d’obus, on n’y trouve plus trace d’activité humaine.

Beaumont-en-Verdunois (Meuse). Pierre Libert est maire de cette commune, sans habitants. Il est nommé par le préfet. C’est un passeur de mémoire. Sa mère etait native du village.

Douaumont (Meuse). L’ossuaire est un monument emblématique du conflit.  Plus de 16 000 tombes, des cuves emplies d’ossements français et allemands mêlés, et une poignée de main historique entre François Mitterand et Helmut Kohl en 1984, symbole de réconciliation. Sa première pierre fut posée par le Maréchal Pétain, en 1920.

Douaumont (Meuse). Terre d’agriculture et de quelques massifs forestiers, le champ de bataille de Verdun était un paysage lunaire à la fin du conflit. L’actuel massif est artificiel, replanté après-guerre, mais toujours classé en zone rouge.

Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin). Au sommet de cette montagne des Vosges, les lignes ennemies n’étaient séparées que d’une vingtaine de mètres. Le Vieil Armand à perdu une dizaine de mètres d’altitude à la suite des bombardements et culmine dorénavant à 956 mètres. Il est surnommé la mangeuse d’hommes.

Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin). La montagne est parcourue par des réseaux de fortifications allemandes en béton, chose peu courante pour l’époque. Le Vieil Armand était en territoire allemand au moment des hostilités, et donc un point stratégique à conquérir ou à défendre.

Pfetterhouse (Haut-Rhin). A la jonction des fronts suisse, allemand et français, se trouve le secteur du kilomètre zéro, point de départ du front ouest. Une association a réalisé un parcours permettant d’observer des vestiges de cette zone surtout consacrée à l’observation, la Suisse étant restée neutre dans le conflit.

Pfetterhouse (Haut-Rhin). La ferme du Largin en territoire suisse était un poste d’observation suisse. Le ruisseau la Large sépare la France de la Suisse, non loin de la borne frontière 111. La ferme existe toujours, non loin d’un autre poste d’observation, celui-ci reconstitué.

Ce reportage coûte plus de 2000 euros

Ce reportage, que vous lisez gratuitement comme l’intégralité du site DailyNord, a nécessité dix jours de terrain pour le reporter-photographe.

En frais, cela représente :

- Essence : huit pleins, soit 400 euros.

- Hébergement : deux nuits d’hôtels, soit 100 euros.

- Repas : 15 euros par jour, soit 150 euros.

- Péage : 60 euros.

Les dix jours de reportage, le temps de préparation, le temps de traitement des photos, équivalent à une somme de 1 500 euros.

DailyNord souhaite continuer à vous proposer de tels reportages. Mais c’est aussi à vous, lecteurs, de participer à la fabrique de cette information différente, qui prend le temps. Soutenez-nous !

Retrouvez la première partie du reportage.

 

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

L'une des avenues de la zone moderne. Photo : DailyNord

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

media-contact

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

louvre-lens-1

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

lacompagniecrayonne

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Californie avril-mai 2016

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

newsletter-abonnement

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

La madouille (et non la magouille) entre officiellement dans notre petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais. Crédit photo Dailynord.

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex