Un quinquennat à Denain : on était à la visite présidentielle de François Hollande

REPORTAGE. Une première visite présidentielle (aucun Président n’avait jamais fait le déplacement sous la Cinquième République) à Denain… DailyNord ne pouvait pas manquer ça. D’autant que notre projet quinquennat porte justement sur la cité (on a du nez, non ?). Hier, nous avons donc suivi les traces de François Hollande, venu se féliciter de l’application des rythmes scolaires à l’école Michelet en compagnie de Valérie Fourneyron, Vincent Peillon et Georges-Paul Langevin.

Reportage photos : David Pauwels.

94 ans qu’un Président de la République n’avait pas mis les pieds à Denain (Raymond Poincaré, en 1919, pour constater les dommages de guerre à l’industrie rapportait l’édition locale de La Voix du Nord hier). Autant dire que ce mardi à Denain, pas sûr qu’il restait grand monde ayant connu l’effervescence d’une visite présidentielle. Agitation sensible bien entendu largement avant l’arrivée de l’invité du jour. Dès 9h30, difficile d’ignorer qu’il se passait quelque chose non loin d’où trônait Usinor il y a trente ans. Forces de l’ordre en pagaille au mètre carré, rue Bériot complètement barrée laissant passer le public au compte-goutte et après fouille minutieuse, rues étonnamment propres et pelouses tondues persiflaient quelques esprits taquins, tout était déjà très cadré et c’est à peine si la petite sauterie musicale des syndicats organisée au coin de la rue aurait une chance de perturber l’ensemble. D’autant que pour contrer les drapeaux rouges, l’Elysée avait bien sûr pensé à des couleurs bien plus catholaïques : bleu, blanc et rouge, celles des petits drapeaux distribués aux badauds et militants PS déjà présents à la sortie de l’école.

Marseillaise et petits drapeaux

article_portrait_02

Jean-Louis Lefaux, instituteur et chef d’orchestre improvisé. Photo : David Pauwels.

A l’intérieur de l’école Michelet, entourée d’un Point S et un garage Fiat, pas de place non plus à l’improvisation. Ni pour les journalistes, qui à peine rentrés dans l’établissement, ont eu le droit – après un petit-déjeuner de rattrapage – à un cours express dans une salle de classe surpeuplée sur le déroulement de la visite, le pourquoi du comment de la venue du Président, et ce qu’ils auront le droit de faire (et surtout de ne pas faire) pendant les heures qui allaient suivre. Ni pour les élus, sur leur trente-et-un, attendant sagement l’arrivée de l’Elysée. Ni pour les enfants obligés de se mettre en place une bonne demi-heure avant l’arrivée du Chef de l’Etat. Non sans difficultés :  « Du calme», « rangez-vous», “chut !” tonnaient les enseignants, conscients qu’en cette rentrée 2013, plus que pour n’importe quelle autre, ils n’avaient pas le droit de se louper. Ce n’est pas tous les jours que le Président de la République fait sa rentrée scolaire et encore moins à Denain. Stressée, l’équipe éducative ? Pas  Jean-Louis Lefaux, enseignant en CE2, en arrière plan des plateaux des chaînes d’infos en continu, et chef d’orchestre improvisé pour La Marseillaise de bienvenue ? « Non, pas particulièrement. Bon, en même temps, j’ai fait quelques rentrées depuis 1989…, donc j’ai ce stress en moins. C’est juste beaucoup de préparation.» D’ailleurs, derrière les murs d’enceintes de l’école, une clameur s’élève. François Hollande est arrivé et les journaleux parqués sur le préau se précipitent dehors pour ne pas louper l’info du siècle : le Président, facétieux, a décidé de bousculer le protocole et de s’offrir un petit bain de foule. L’occasion de serrer des pognes et d’entendre quelques gentillesses pendant que quelques drapeaux ne résistent pas à la mêlée et rejoignent le bitume : « vive Hollande», « merci d’être venu à Denain». Mais aussi de se faire rappeler à l’ordre sur les retraites, voire encore la Syrie, du genre : «n’y allez pas M. le Président !»

Un président ou une nuée ?

article_portrait_01

David Audin, élu local communiste et quelque peu critique. Photo : David Pauwels.

Dans la cour de l’école, c’est le frémissement, l’excitation… et voilà le Président. Ou plutôt la nuée du Président… Car pour apercevoir le locataire de l’Elysée, mieux valait être particulièrement haut sur pattes, entre les confrères à la recherche de la photo du siècle, sa délégation, ses ministres (Peillon, Fourneyron, Langevin… mais franchement pas sûr qu’on se souvienne de leur passage), son service de sécurité et les élus locaux ne le lâchant pas d’une semelle, certains veillant justement à bien être dans le champ des objectifs, sourires ultra-brights à l’appui (on ne sait jamais, ça peut servir pour le book…).Présents notamment ? Anne-Lise Dufour, députée-maire du coin et ancienne enseignante ici-même, en tête, son conseil municipal, mais aussi quelques huiles du coin : Alain Bocquet, Rémi Pauvros, Patrick Kanner ou Gilles Pargneaux. Aucun d’entre eux ne voulait louper cette rentrée, à moins que bien sûr ce ne soit la Marseillaise des gamins, chantée en choeur, qui leur tenait justement à coeur ?

“A voir si ça sert la population denaisienne ou les élus denaisiens ?”

Le reste ? Et bien, ça s’est passé à l’intérieur. Une fois ses classes visitées, le Président a donc tenu sa table-ronde sur les rythmes scolaires. « Ce que vous avez fait à Denain est possible demain partout ». Denain, une ville pas choisie par hasard, nous aura-t-on d’ailleurs bien expliqué : si la ville a des fragilités certaines (tu m’étonnes), elle a justement fait le choix d’être dynamique sur les questions éducatives, la base. Et c’est donc là qu’il faut mettre les moyens. Pendant ce temps, dehors, dans la cour, où nous sommes restés (excusez-nous, mais entre les rythmes scolaires et le soleil, il fallait choisir), l’heure était à l’attente. Avec de nouveau, notre professeur des écoles, content de sa prestation musicale et surtout que Hollande ait pensé à Denain – « et puis, je pense que ce sera la seule visite présidentielle dans ma carrière !», mais aussi avec un élu local communiste, David Audin, un peu plus mitigé. « Dommage qu’il n’y ait pas les moyens humains supplémentaires derrière. Mais bon, en terme de valeurs, c’est bien qu’il vienne, j’aurais juste voulu qu’il annonce des choses… A voir si ça sert la population denaisienne ou les élus denaisiens à terme.» Casseur d’ambiance. De toutes façons, les communistes n’ont pas tout perdu dans l’histoire. Ils en ont profité pour faire passer un petit mot doux à F.H., l’Appel pour le Valenciennois, signé par 3 000 personnes, regroupant des propositions pour sortir le secteur de la panade (de 11 à 17% de chômage depuis 2008).. « Il vient de nous promettre de nous recevoir à l’Elysée, se félicitait Fabien Roussel, leader PCF du Nord, ravi de tomber sur DailyNord (du moins, on croit). Sa venue à Denain ? Une très bonne chose, on ne peut pas le nier.»

Rendez-vous en 2107

article_portrait_03

La famille Pesin, riveraine de l’école Michelet et ravie de la visite présidentielle. Photo : David Pauwels.

Et d’ailleurs, il n’y avait pas que les locaux qui avaient l’air d’apprécier la visite. La réciproque avait l’air vraie, tant François Hollande, bien en retard sur son planning, n’avait pas l’air pressé de repartir. Car une fois la nuée ressortie des salles de classes, quelques bons mots distribués et l’indispensable séance photos, les véhicules qui attendaient le cortège pour repartir à Paris fissa, en ont été quittes pour patienter encore quelques minutes. Mister Président avait encore décidé de profiter du propice climat denaisien et s’offrir un nouveau petit bain de foule, rappelant presque le bon temps des meetings électoraux, avant de repartir définitivement vers la capitale et ses dossiers autrement plus tendus. « Il a pris le temps, par rapport au protocole qui était prévu“, notait un proche de la députée-maire, plutôt étonné après coup de l’attitude et la disponibilité du chef de l’Etat. Comme la famille Pesin, au numéro 15 de la rue, juste en face de l’école. Audrey, jeune mère de famille est encore toute émue d’avoir serré la main au Président : « ça me met du baume au coeur pour ma journée. « Et il a caressé les cheveux de la petite“, ajoute Guy, le grand-père, désolé qu’il n’ait pas préparé plus de frites pour les partager avec nous. Pas grave, on repassera peut-être en 2107 pour la prochaine visite présidentielle denaisienne. Et bien avant ça, on fera le bilan des rythmes scolaires, qu’on a presque eu le temps d’oublier le temps de cette journée dont Denain devrait se souvenir longtemps, bien au delà du quinquennat.

La page d’accueil du projet Quinquennat.

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

L'une des avenues de la zone moderne. Photo : DailyNord

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

media-contact

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

louvre-lens-1

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

lacompagniecrayonne

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Californie avril-mai 2016

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

newsletter-abonnement

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

La madouille (et non la magouille) entre officiellement dans notre petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais. Crédit photo Dailynord.

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex