Le Petit Dico décalé du Nord – Pas-de-Calais: Jean Lefebvre

Oui, on sait, dans le Nord, on n’a pas toujours des grands tragiques et des artistes contemporains über-tendance, sauf Dany Boon qui joue dans sa propre catégorie. Non. Ici, on fait dans le régulier, dans le travail bien fait. Jean Lefebvre est de ceux-là. Né en 1919 à Valenciennes, il aura incarné au cinéma une certaine idée de la France généreuse, un peu paresseuse, un peu bêbête aussi, et férocement franchouillarde. Il valait bien une petite biographie dans notre dico décalé du Nord – Pas-de-Calais.

Les tontons flingueurs

Déjà, il y a du flou autour de ses dates et lieux de naissance qui oscillent entre mars ou octobre 1919, mars 1920, octobre 1922, et naviguent entre Valenciennes et Barlin. Mais Jean Lefebvre est bien un Ch’ti qui se destinait à la médecine. On imagine ce qu’aurait pu donner une opération du foie dans l’état de la scène de la biture dans la cuisine des Tontons flingueurs (« le tout venant a été piraté par les mômes. On se risque sur le bizarre ? »). Hélas, comme trop souvent à l’époque, la guerre arrive et le jeune Jean, qui était déjà comédien et musicien amateur, se retrouve embarqué dans un camp de prisonniers d’Eure-et-Loire d’où il se serait évadé par un tunnel une nuit de 1944 avant de passer en zone libre. La guerre achevée, il retourna à Valenciennes, ou Barlin, enfin là-bas où le ciel est bas, et travailla pour son père maréchal-ferrant, avant de décréter “ça suffit” et d’entrer au Conservatoire de Paris en 1948. Il en sortira avec un deuxième prix d’opéra-comique (ce qui n’est pas rien quand même).

Branquignols

Il débute au cabaret dans la troupe des Branquignols de Robert Dhéry qui verra passer rien de moins que Louis de Funès, Pierre Tornade, Jean Carmet, Jacqueline Maillant, Michel Serreau, etc. Pas des branques il faut le reconnaître, qui se produiront en Angleterre où leur humour absurde et un peu british aurait inspiré John Cleese (les Monty Python pour les ignorants).

Parallèlement, Jean commence à montrer ses grands yeux tristes au cinéma dans des seconds rôles où il se montre efficace. Las, le Nordiste sera habitué tout au long de sa carrière (surtout dans la seconde partie), non pas aux seconds rôles, mais au films de seconde zone. Dans un rôle précis :  quand Ventura était la brute qui tape, Blier le fourbe qui tape aussi, De Funès l’excité qui tape parfois, Lefebvre est celui qui se fait taper. Il en a d’ailleurs pris des coups : 119 films, 38 téléfilms, 19 pièces de théâtre pour plus de 900 représentations. Ça, c’est du lourd coco. Au poids, Jean-le-Valenciennois enfonce sévèrement les 20 millions d’entrées de Dany-l’Armentiérois.

Dettes

L’autre grand problème de Jean Lefebvre, c’était le jeu. Autre temps, autre époque, parties de cartes arrosées au vitriol ou au bizarre, grosses sommes en jeu, l’acteur en vient vite à accumuler les dettes. Le Nordiste se lancera alors dans la culture des navets (au cinéma, hein) pour assumer son penchant pour le casino. Cela marchera, au détriment de la qualité de sa carrière, mais ça, Jean n’en avait que faire. Ce qui comptait, c’était de profiter de l’instant présent au détriment du « qu’en dira-t-on », rigoler un bon coup avec les copains, boire quelques canons, fricoter avec de belles femmes (il se mariera d’ailleurs plusieurs fois). Bref, loin de l’image du Nordiste travailleur et dur à la tâche. D’ailleurs, en voici la dernière preuve : Jean Lefebvre n’est pas mort dans la grisaille nordiste. Il a préféré s’éteindre sous le soleil de Marrakech en 2004, dans son hôtel-restaurant qu’il aurait acquis (il a démenti mais la rumeur reste tenace) en ayant gagné… au loto.

 

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord – Pas-de-Calais.

Un peu plus de DailyNord ?

1 Commentaire

  1. Très jolie photo mais je doute qu’elle soit des Tontons flingueurs. Ou alors hors tournage. Par contre -dites moi si je fais une fixette- la coupe de cheveux, le pif, les oreilles, le dessin du visage… me font furieusement penser à un nabot marié à un mannequin italien et désormais retraité. Le Concon flingueur de la France.

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

newsletter-abonnement

Les articles de DailyNord les...

Votez pour le meilleur nom !

artois-picardie

La région Nord - Pas-de-Calais pourrait fusionner avec la Picardie. DailyNord vous propose de voter pour le nouveau nom. A vous de jouer !

media-contact

En fait-on trop sur la Grande Guerre ?

14-18 Une

14-18 se conjugue à toutes les sauces ces temps-ci. Retrouvez notre enquête.

lacompagniecrayonne

Les nouveaux maires ont la parole

nouveaux-maires

Frédéric Chéreau, Olivier Gacquerre, Patrice Vergriete, retrouvez nos interviews des nouveaux maires du Nord - Pas-de-Calais

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

le-petit-dico

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Et si on renommait la région Nord – Pas-de-Calais ?

artois-picardie

Et si on profitait de la réforme territoriale pour renommer la région Nord - Pas-de-Calais ? Retrouvez vos propositions et votez !

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

quinquennat-une

Découvrez les derniers articles