A Saint-Omer, c’est déjà le début de l’autre campagne

Nouvel épisode de notre quinquennat à Denain et Saint-Omer. Sous le soleil de ce début d’été, DailyNord a repris la direction de l’Audomarois pour quelques rencontres impromptues. Et politiques. Car dans le local de campagne UMP qui va devenir cakerie, nous avons trouvé Frédéric Sablon, directeur de campagne de l’opposant à Michel Lefait. L’occasion d’évoquer les dernières élections et l’échéance 2014 qui se profile.

L'ex-local de campagne de Michel Lefait, candidat PS réélu (enfin, c'est l'adresse indiquée). Les visiteurs sont invités à rester dehors.

Le hasard fait parfois – souvent – bien les choses.Avant de retourner à Saint-Omer, nous envisagions de prendre rendez-vous avec des politiques locaux d’opposition, histoire qu’ils nous donnent leur vision de la ville. Alors, on a essayé de joindre l’ancienne candidate Modem aux législatives, via son Facebook de campagne : on attend toujours une réponse de Dany Masset-Mallevaes et ses 1,98% au premier tour. On a également tenté Muriel Volle, qui anime l’association Saint-Omer ensemble, « une opposition municipale pour les Audomarois », par mail. Là, encore, on attend toujours un retour (pour la prochaine fois ?). Du coup, en ce début d’été, on s’était dirigé dans les rues de Saint-Omer un peu au hasard. Et après un reportage rue des Epeers (à découvrir prochainement, on appelle ça du teasing, cher lecteur), on est tombé sur le local de campagne de l’UMP. Personne derrière les vitres, on a frappé, mais rien de rien. Au fond, quelques bouteilles qui traînent, symbole d’une gueule de bois ? Le temps d’aller à quelques mètres de là voir le local de campagne du PS (merci l’IPhone), lui complètement fermé avec ses volets tirés, nous sommes quand même revenus sur nos pas, au 28 rue Martel, par acquis de conscience – politique ? -. Et là, le photographe, d’une perspicacité rare et exemplaire, interpelle son rédacteur : « Il y a quelqu’un qui vient d’enlever les affiches ». D’ailleurs, ce quelqu’un, intrigué par notre manège, vient à notre rencontre…

Frédéric Sablon, 39 ans, profession du soir : directeur de campagne

Ce quelqu’un, ce n’est pas n’importe qui. Frédéric Sablon est connu des Audomarois pour être conseiller municipal d’opposition. Et le directeur de campagne du candidat aux Législatives 2012, François Decoster. Battu par l’inusable Michel Lefait, quinze ans de députation, mais ça ce n’est pas grave : « On se doutait que nous ne gagnerions pas. D’autant plus que le redécoupage de la circonscription, englobant Auchel et Norrent-Fontes ne nous était pas favorable. » François Decoster a fini à 34,3% au soir du second tour, mais Frédéric Sablon a des raisons de se réjouir : « On a réussi à mettre Michel Lefait en ballotage alors que la fois d’avant, il avait été réélu au premier tour. Notre objectif du second tour était 35%. On y est. » Presque.

Le jour d’après : solder les comptes et faire les comptes

Frédéric Sablon, directeur de campagne de François Decoster pour l'UMP. Pour lui, fini le "ni-ni".

Question existentielle : que fait un directeur de campagne quand il a fini… sa campagne ? Il n’a pas le temps d’avoir le blues. La veille, le par ailleurs délégué de circonscription avait une réunion avec les membres de la section. Ce jour, il continuait à vider le local de campagne, autrefois cordonnerie, pour rendre les clés à la fin de la semaine. Bientôt, les locaux auront le droit à une cakerie (serait-ce une exclusivité DailyNord ?). Il faut également solder les comptes de campagne, s’occuper de tout l’administratif, et surtout bien analyser les résultats : « Cette circonscription, telle qu’elle est bâtie, ne passera jamais à droite. En revanche, sur Saint-Omer, on fait un bon score : 43%, c’est bon pour la suite. » La suite ? Les échéances municipales qui approchent à grands pas : François Decoster est candidat désigné face au PS Bruno Magnier.

A titre personnel, Frédéric Sablon est pour un rapprochement avec le Front National

Du coup, Frédéric Sablon est déjà à l’écoute des électeurs et concitoyens, même s’il n’est pas dit qu’il dirige de nouveau la campagne des Municipales. Il a retenu une leçon des législatives d’ailleurs : « le ni-ni, c’est bateau. Il faut se positionner, c’est ce que nous ont fait comprendre les électeurs. Donc, soit vers le FN, soit pas vers le FN. Mais pas un pas à gauche et un pas à droite. » Son avis personnel sur la question : « Si la gauche va vers les communistes, pourquoi ne pas aller de notre côté vers le Front National. Ce n’est pas interdit ! » Ce qui serait pratique pour la droite : aux législatives de 2007, le FN était à moins de 5%. En 2012, il est 15% .Le coup des Municipales sera d’autant plus à jouer qu’avec tous les pouvoirs, la gauche va devoir assumer. « Les gens me parlent déjà du rétropédalage sur les retraites… Je leur dis qu’il fallait lire le programme. » Des “gens”, notre homme a l’occasion d’en croiser. Car, en plus des marchés, Frédéric Sablon a un endroit tout trouvé pour saisir l’air du temps : il est technicien chez Arc International, la grosse entreprise voisine qui perd d’année en année ses salariés. « Quand j’ai été embauché, en 1994, on était 14 le même jour, et on dépassait les 13 000 employés en France et en Espagne. Aujourd’hui, on est 5 990. » La politique peut-elle enrayer ce lent déclin ? Non : « L’Etat ne peut pas diriger les entreprises. Il peut juste les inciter à rester. »

Le reflet des coulisses.

Technicien à Arc International, il a « toujours assumé son appartenance politique »

Pas trop dur d’ailleurs d’être de droite à Arc International ? « J’ai toujours assumé mon appartenance politique. J’ai été RPR, UMP, en 1995, je me suis présenté à Arques, déjà contre Michel Lefait qui m’avait pourtant remis mon dictionnaire lors de mon passage en sixième ! » Du coup, pendant les campagnes, Frédéric Sablon n’hésite pas à tracter à la sortie d’usine. Même si ça ne plaît pas à tout le monde : « une fois, on m’a fait une réflexion. J’ai répondu que la femme du chef d’atelier cartée PS, ça ne dérangeait personne. Mais ce sont plus des taquineries. » Et qu’importe après tout : pour le père de famille, l’essentiel est aujourd’hui la bonne dynamique entamée sur la circonscription, forte de 50 membres de plus avec les dernières échéances électorales (300 membres dans la section). Reste à la transformer pour repasser la mairie de Saint-Omer à droite (sa couleur de 1983 à 2008). Comme DailyNord a prévu de rester cinq ans ici, on sera là pour le voir. Ou pas.

Cet article vous a plu ? Découvrez le meilleur de DailyNord, inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire (envoyée le vendredi matin) ou suivez-nous sur Facebook et Twitter. Et partagez l’info !

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

L'une des avenues de la zone moderne. Photo : DailyNord

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

media-contact

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

louvre-lens-1

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

lacompagniecrayonne

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Californie avril-mai 2016

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

newsletter-abonnement

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

La madouille (et non la magouille) entre officiellement dans notre petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais. Crédit photo Dailynord.

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex