DailyUne | Réalités Par | 10H17 | 13 janvier 2012

Lille : dans les coulisses de la visite de Nicolas Sarkozy

Notre Président aime le Nord-Pas-de-Calais. Alors, il est revenu, ce jeudi encore, pour souhaiter une « année sereine » aux fonctionnaires de la réforme de l’État. Service public oblige, nous ne pouvions pas manquer ça. La visite de Nicolas Sarkozy,  vue des coulisses, c’est notre cadeau de fin de semaine.

« Qu’est-ce qui se passe ? C’est quoi tous ces flics ? » « C’est la reine d’Angleterre qui vient ? » Eh non, ma bonne dame, il fallait lire la presse du jour pour savoir qui venait dans la métropole en ce jeudi 12 janvier : le Président de la République himself. Alors, la population lilloise observe, interloquée, le dispositif de sécurité. Et même si tous les médias ont reconnu qu’il était moins important qu’en 2008 (sa précédente venue dans la capitale des Flandres), c’est tout de même impressionnant : une place de la République au nom bien raccord, devenue base arrière de la BAC et des CRS. Des barrières tout autour de la place, un métro fermé, des interdictions de stationner à gogo. Et du coup, des bouchons gigantesques pour atteindre le cœur de la métropole.aubry-sarkozy

« Vous pouvez pas vous mettre deux marches au-dessus ? S’il vous plaît… »

« Ici c’est juste pour les journalistes ». Nous voilà à l’entrée de la préfecture. La file diminue d’un coup, les fonctionnaires qui se sont trompés de porte s’éclipsent. Le mot d’ordre est : sécurité. « Vous n’avez rien dans vos poches ? » Non. « Vous êtes sûre ? » Euh oui. Votre envoyée spéciale ne sonne pas sous le portique et récupère son sac après une fouille minutieuse. Ça y est. Il est 10h50, nous sommes dans l’aile droite de la préfecture. Droit d’accès à la cour d’honneur et à la salle des fêtes, où le discours aura lieu à midi. En attendant, visite de la salle des rédacteurs. Mais quand un haut-parleur, qui retransmet ce qui se passe au-dessus, se met à grésiller méchamment, nous prenons la fuite pour rejoindre, dans la cour d’honneur, nos collègues agglutinés – M6 exclu, qui a dû rester à la porte pour non-accréditation – qui pestent contre le froid, l’attente, contre tout en fait. Quand les policiers se mettent en place sur les marches, les voix fusent « Ah nan ! Pas dans le champ ! Vous pouvez pas vous mettre deux marches au-dessus ? S’il vous plaît… ». Le policier s’exécute de bonne grâce. Martine Aubry fait son entrée. Tout sourire, elle et les parlementaires de la région se mettent en rang. La voiture arrive enfin. Photos, flashs, serrages de main. C’est bon, le président de la République est là, on peut retourner au chaud.

 

« Ils se sont jetés sur le buffet ! »

buffet-sarkozyL’heure du discours est arrivée. La foule reste très calme. Certains sont attentifs et semblent se recueillir devant la parole divine, d’autres commentent et d’autres encore, lorgnent le buffet. Une demi-heure de palabres plus tard (fonctionnaires, Révision générale des politiques publiques ou RGPP pour les intimes, etc, etc, vous vous doutez qu’on s’en fiche pas mal), la salle reprend vie : « C’est dingue, je te jure, ils se sont jetés sur le buffet », s’exclame un collègue. Et c’est vrai que les fonctionnaires ont l’air affamés. L’effet de la crise certainement. Champagne et petits fours, le président ne vient pas tous les jours, mais : « quand on voit le prix que ça a dû coûter…franchement pour ce qu’il a dit… », commente un des invités triés sur le volet.

Pas le temps de digérer, direction la cour d’honneur. Ben oui, après l’arrivée, il faut bien assister au départ. « On ne sort pas, on attend le départ du président », grommelle un Monsieur Sécurité. Dans la salle, le président en question est entouré de ses fans. Qui veut sa photo avec Nicolas Sarkozy ? Enfin il s’en va, on va pouvoir regarder s’en aller la rock-star. Dans la cour, les journalistes soufflent un peu, fument, discutent. Quand apparaît soudain Martine Aubry, bientôt masquée par des perches, des micros et des caméras : « Une question, Madame Aubry ! ».

«Nous sommes venues par hasard, on a vu du monde… »sarko

Mais Nicolas Sarkozy arrive et lui vole la vedette. Il faut faire la photo : quand il remonte dans sa voiture. Et les vieux routards du journalisme n’hésitent pas à « gueuler » quand quelqu’un se retrouve dans le champ : « hé bouge de là toi ! ». La voiture présidentielle quitte la cour. Soudain, tout le monde se met à courir… Votre serviteur suit le mouvement, manque de s’affaler et arrive juste au bon moment pour… voir la portière claquer. Le rédac’chef va râler. « Mince, je le savais qu’il allait sortir pour voir les gens, je le savais ! », peste un photographe.

Mais un bon journaliste ne laisse jamais tomber. Flûte, on a loupé le président qui serrait la main aux badauds ? Pas grave, on va leur demander ce qu’ils ont ressenti. Une voix fuse dans le public : « Sarko, il est tout petit ! ».Ça, c’est facile. Au même moment, une femme appelle son mari : « Je sais pas quelle télé c’était mais il faudra regarder je passerai peut-être ! Et j’ai réussi à prendre une photo avec lui ! Il est pas si petit en fait ! », se réjouit-elle. Fayotte. A l’arrière, deux jeunes filles ricanent. Avant de préciser : « nous sommes venues par hasard en fait, on a vu du monde… » Comme beaucoup de gens, qui se sont simplement amassés derrière les barrières… parce qu’elles étaient là. D’autres tentent d’approcher les journalistes. Comme le spécialiste du genre, Andy Carlier, notre candidat local à l’élection suprême de 2012, qui essaie de faire connaître son Mouvement des Jours Meilleurs (vous pourrez d’ailleurs découvrir son portrait ces prochains jours dans DailyNord). Mais ce jeudi, ce n’était pas son jour : juste celui de Nicolas Sarkozy.

 

 

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

L'une des avenues de la zone moderne. Photo : DailyNord

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

media-contact

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

louvre-lens-1

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

lacompagniecrayonne

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Californie avril-mai 2016

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

newsletter-abonnement

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

La madouille (et non la magouille) entre officiellement dans notre petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais. Crédit photo Dailynord.

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex