DailyUne | Petite histoire Par | 08H40 | 28 novembre 2011

Comprendre le dossier SeaFrance

SeaFrance est au cœur de l’actualité ces temps-ci. Seulement, avec toutes les informations qui tombent, et vu que vous êtes un peu loin de Calais, vous n’avez pas trop suivi le dossier entre reprise sous forme de SCOP, intervention de la région Nord – Pas-de-Calais, engagement et désengagement de la SNCF… Heureusement, DailyNord est là pour remettre les choses à plat. Et vous aider à comprendre ce qu’il se passe du côté de SeaFrance.

SeaFrance, c’est quoi ?

SeaFrance ? Ça, c’est simple. C’est l’une des compagnies maritimes – et la seule battant pavillon français –  exploitant la liaison transmanche entre Calais et Douvres. Avec quatre ferries actuellement: le SeaFrance Nord – Pas-de-Calais, le SeaFrance Berlioz, le SeaFrance Rodin et le SeaFrance Molière. La société, anciennement SeaLink, est une filiale de la SNCF et a transporté près de 3 millions de passagers durant l’année 2010.

Pourquoi existe-t-il des plans de reprise ?

Satané Tunnel sous la Manche. C’est en partie à cause de lui que nous écrivons ces quelques lignes aujourd’hui. Le grand projet franco-britannique a eu bien évidemment des répercussions sur la fréquentation des ferries. Du coup, depuis des années, SeaFrance morfle au point qu’en 2008, la compagnie lance un plan de redressement, envisageant de supprimer 650 emplois sur 1600. Conflits sociaux, mise en redressement judiciaire de la société, interventions de Bruxelles, ajoutez-y une petite crise économique mondiale, les dernières années sont donc plutôt mouvementées.

Et rien n’est réglé depuis. Du coup, en ce mois de novembre, le tribunal de commerce de Paris se retrouve à devoir statuer sur l’avenir de la compagnie, qui emploie encore 880 salariés en CDI (une centaine en CDD). Deux plans de reprise sont présentés : l’un par le groupe Louis Dreyfus Armateurs et la compagnie danoise DFDS, avec 460 emplois conservés sur les 760 restants, le second par une SCOP (société dont les associés majoritaires sont les salariés) portée par la puissante CFDT maritime, qui, elle, promet de conserver tous les postes…sans plan de financement…

 Que s’est-il passé ces derniers jours ?

C’est surréaliste à première vue, mais le 16 novembre, c’est par des cris de joies des salariés qu’est accueillie la décision du tribunal de commerce de Paris de prononcer la liquidation judiciaire de SeaFrance. En ne retenant aucun projet de reprise, mais en laissant une porte ouverte pour améliorer les existants (et notamment celui de la SCOP : on lira avec attention les dessous de l’affaire syndicale dans ce papier de Bakchich). D’où l’occupation du terrain médiatique ces derniers jours avec des tractations, des avis et des idées qui fusent à tous les niveaux.Dont celle de la région Nord – Pas-de-Calais : la collectivité pourrait apporter une dizaine de millions d’euros dans le plan de reprise (via notamment le rachat d’un bateau, ensuite loué à la compagnie).

Que va-t-il se passer demain ?

Ce lundi, une réunion de médiation doit avoir lieu pour faire redémarrer les navires de SeaFrance, bloqués à quai depuis quelques jours par les administrateurs judiciaires, pour des raisons de sécurité des passagers et du personnel. Pendant ce temps, les tractations continuent au niveau de la SCOP. La SNCF, maison-mère, dit ne pas pouvoir mettre la main à la poche dans le projet (prévoyant un refus de la Commission européenne pour cause de non-respect des règles de concurrence). Le problème étant donc de trouver ce fameux partenaire privé prêt à faire un tandem avec la CFDT qui peut néanmoins se féliciter d’avoir dans le futur hypothétique directoire, Jean-Michel Guiguet, l’ancien directeur général de la Britanny Ferries. Et bien sûr, il manque encore quelques millions d’euros (on parle de 25 millions) pour boucler le projet qui doit être présenté de nouveau devant le  tribunal de commerce de Paris le 12 décembre. Tribunal qui a autorisé le maintien  de l’activité de SeaFrance jusque fin janvier.

 Quel est l’enjeu ?

L’emploi. Logique, SeaFrance est l’un des principaux employeurs de Calais… 880 salariés y travaillent encore actuellement. En période électorale et de crise économique, ça compte d’autant que la ville a déjà bien morflé ces dernières décennies avec la dentelle ou les P’tits Lu.

Crédit photo de Une : guillaumeo sur FlickR

Un peu plus de DailyNord ?

9 Commentaires

  1. En contact permanent avec l’URSCOP dans le cadre de mes missions en faveur de la création d’emplois, membre du conseil portuaire du port de Calais pour le Conseil Général, je suis le feuilleton de la poursuite de l’activité de SEAFRANCE depuis de nombreux mois. Je salue la décision de la région Nord-Pas-de-Calais d’intervenir et je prendrai, à titre personnel une action dans la future SCOP…

    J’ai demandé à mon équipe du GIP (groupement d’intérêt public) INSERACTION 62 d’étudier la possibilité d’intervenir dans le tour de table pour la reprise de la compagnie SEAFRANCE par ses salariés.

    Du fait de son statut social, de la reprise de l’activité par les salariés et des emplois locaux préservés, la nouvelle compagnie maritime transmanche, envisagée par les salariés de SEAFRANCE, serait éligible à plusieurs outils que nous avons développé dans le Pas-de-Calais avec France Active et nos autres partenaires.

    Nous allons étudier, en concertation avec les collectivités et établissements qui se sont fait connaitre, une participation minoritaire au capital de la SCOP et une intervention en prêts participatifs si besoin.

    Sans trop anticiper sur le tour de table, notre intervention pourrait s’élever à plus ou moins un million d’euros.

    Je crois personnellement à la nécessité de préserver sur le trafic maritime transmanche le pavillon français, garant de la qualité et de la sécurité du service, tant pour les voyageurs, les professionnels que pour les 800 salariés de SEAFRANCE et leur familles.

    Philippe VASSEUR
    Conseiller Général du Pas-de-Calais – canton de Calais centre
    Président d’Inseraction 62 ( http://www.inseraction62.net/ )

  2. cher DailyNord, dites-nous comment cette compagnie en est arrivée là, ce n’est pas juste à cause du Tunnel quand même?

  3. Si, si, c’est le grand méchant tunnel ! Comme précisé au début de l’article, on résume ce long dossier, donc on ne rentre pas dans les erreurs de gestion, d’orientations, etc, qui en découlent. Mais ça paraît logique.

  4. Dire que c’est la faute du tunnel est caricatural : tunnel ou pas la Norfolk a réussi à largement développer la ligne Dunkerque-Douvre pendant que Seafrance périclitait. P&O le concurrent direct a semble-t-il jusqu’à présent bien resisté.
    Le problème de Seafrance c’est qu’à force de s’arc-bouter sur des conditions sociales très favorables, de toujours reporter les décisions difficiles à grand coup de subventions déguisées on finit par atteindre le point de non retour. Le scénario a déjà été joué pour les dockers.
    La SNCM souffre plus ou moins des mêmes maux et pourtant il n’y a pas de tunnel pour aller en Corse !

    L’idée d’une SCOP est très belle mais on voit mal par quel coup de baguette magique ils rentabiliseraient une entreprise qui a déjà englouti des sommes abyssales. C’est de la poudre aux yeux.

  5. Vous avez raison, c’est caricatural. Mais c’est la raison de base et sur laquelle on se repose à première vue pour expliquer la situation actuelle (DailyNord n’est d’ailleurs pas le seul à l’écrire ou à le dire, nous avons vérifié nos informations). Et bien entendu, tous les points que vous évoquez pèsent dans la balance, nous sommes d’accord. Ce sera d’ailleurs certainement l’objet d’un prochain article sur DailyNord. Celui-ci essayait de brosser une situation de SeaFrance aujourd’hui, pour les nombreux lecteurs qui n’ont rien suivi. Sans rentrer dans des détails qui auraient compliqué la lecture (comme les interventions de Bruxelles, etc.)

  6. Travaillant pour Seafrance je peux vous dire belle et bien fort que le tunnel n’a jamais eu rien a voir avec l’état de santé de Seafrance ! Seafrance a toujours su s’adapter a son époque comme celle duty free disparu il ya de ça quelque années ! Sur le transmanche il ya de la Place pour tous ! Maintenant je peu vous affirmer que la mort de Seafrance a bien été premiditder par la SNCF afin de se debarasser de ça filiale qui rappelont le tout de même était benificiaire en 2007 de 15 millions d’euro alors que le tunnel était belle est bien la ! alors arrêtons de dire et de croire tous et n’importe quoi ! Vous savez en 2007 il y’avait 6 navires a Seafrance en 2008 a l’arrver de notre nouveau dirigeant il en retirait deux pour les mettrait en stand -by sur Dunkerque pour cause de vétusté soit disant !donc bien évidement nous nous retrouvons en surplus de personnel par la suite il en licencient 700 ! Mais a savoir que la clientel était toujours présente ! Donc il commence par fermer la plupart des point de vente ce qui faisait notre gagne pain donc plus de recette ! Ensuite il réduit tellement le prix des billet de traversser aux passagers ainsi que pour les chauffeurs routier que nous en obtenions aucune rentabilité et marchions a perte alors que nos bateaux étaient plein ! Enfin un délit de banqueroute bien organiser et sans que les médias en sache la moindre vérités car la vérité elle est sur le terrain et non dans les bureaux du patronnât

  7. Pour tuer son chien on dit qu’il a la rage ! Les organisations syndicales ont signé en tous et pour tous un départ de 720 salariés de la a nous dire que nous n’avons fait aucun sacrifice !
    Nous avons fait que 4 jours de grèves pour exprimer le mécontentement de nos 720 camarades licencier et ça en trois ans de temps ! C’est pas cher payer pour nos amis licencier ! Aujourd’hui nous somme 880 aider de 200 cdd en saison ! Le tunnel sature ya bien longtemps et il ne pourra transporter plus de passager qu’il en prend aujourd’hui pour ce qui est de DFDS ex (Norfolk) sur loon plage , le port méthanier doit prendre leur place car DFDS ne pourra plus faire c’est rotation correctement donc a terme il devront quitter le port de Dunkerque et bien sure venir sur Calais ! Mais a Calais ya cette compagnie vous savez Seafrance celle qui dérange !
    Cette compagnie et bien on va la detruire a travers un journal local et une conivence patronal entre armateur Seafrance et DFDS ou des accord commerciaux été signer bien auparavant ! et on finira par ce voir proposer 3 € par DFDS pour le rachat de Seafrance que notre bien aimé patron arriver en 2008 a tous fait pour crouler la compagnie Seafrance et ça bien sur en accord avec la sncf

  8. Et pour répondre a monsieur ben 
    Quand vous parlez de condition social tres favorables pour les marins de Seafrance j’espère que vous plaisantez je serais curieux de comparer ma fiche de paie Avec mes amis du tunnel car oui je l’ai déjà comparer et je peux vous dire quelles sont bien au delà de Seafrance ! Mais a quoi bon c’est vrai que chez Seafrance les marins sont des attardes , des grévistes , ivrogne , et j’en passe donc ils méritent leur sort !? Un plan social digne de France telecome qui a l’époque n’a ému personne et qui malheureusement a fini dans un bain de suicide et aujourd’hui nous voila exactement dans la même situation ou les salaries souffrent depuis trois longues années avec ce qui en découle , suicide également , divorce, et pour certain la mort , et ça personne ne veut en parler , on préfère tapez a la porte du patronat pour qu’ils expliquent leur version ! Voila ce que vivent les marin de Seafrance et ça dans dans un silence absolu car les médias ne tapent jamais a la bonne porte il préfère s’échanger des article ou faire des copier coller sans vraiment prendre le temps d’allez sur le terrain ! Mediapart en a fait un d’article vous devrez peut être le visioner car cette journaliste et l’une des seul a s’être déplacer et a écouter ! Car critiquer une situation sans la vivre et bien trop facile et quand on veut comprendre on s’intéresse et on se déplace et on n’ecoute pas pierre ,Paul, Jacques 

  9. Tout à fait d’accord avec le couz !! voici la recette pour liquider une boite

    1 Efforcé vous de créer des mouvements sociaux (pour l’opinion publique ) ex: restructuration de l’entreprise détérioration des conditions de travail etc. etc. …..

    2 Avec l’aide d’un journal local (pour l’opinion publique ) on accuse la mauvaise gestion du CE par le syndicat majoritaire (magouilles) et puis les employés de voleurs , d’ivrogne , de fainéant et j”en passe
    Afin de déstabiliser les adhérents et avec l’aide d’un autre syndicat concurrent qui compte bien récupérer des voix au passage

    3 Avec tous ceci il devrait en découlé des grèves, mouvement sociaux, pertes d’activitées

    Voila la recette ce n’est pas compliqué bien sur sa ne se fais pas d’un claquement de doigt il faut compter 2 ou 3 ans mais sa peut être plus rapide si l’on rentre dans un blocus dés le début

    Nous avons eu l’exemple avec la SNCM même principe, regardez en ce moment ils s’attaquent au CE de la RATP, ils veulent absolument créaient des mouvements sociaux à la SNCF encore une fois pour s’autodétruire et faire croire à l’opinion publique que c’est de la faute des salariés

    Heureusement à SEAFRANCE nous avons un syndicat majoritaire réfléchi et qui à su prendre du recule sur la situation et ne pas rentrer dans un conflit dur qui aurait fait le jeu des patrons liquideurs dés le départ

    Dans tous les cas l’union fais la force restons unis et ensemble nous avancerons !!

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

newsletter-abonnement

Les articles de DailyNord les...

media-contact

En fait-on trop sur la Grande Guerre ?

14-18 Une

14-18 se conjugue à toutes les sauces ces temps-ci. Retrouvez notre enquête.

“Une métropole forte n’existe pas sans une région”

Philippe Vasseur

Retrouvez notre interview de Philippe Vasseur, président de la CCI Nord de France

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

le-petit-dico

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Et si on renommait la région Nord – Pas-de-Calais ?

artois-picardie

Et si on profitait de la réforme territoriale pour renommer la région Nord - Pas-de-Calais ? Retrouvez vos propositions et votez !

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

quinquennat-une

Découvrez les derniers articles