DailyUne | Réalités Par | 18H30 | 06 octobre 2010

Les 24h de DailyNord : une nocturne de port en port (3/3)

Fin de notre série “Les 24h de DailyNord”. Pour cette dernière partie, la nuit est définitivement tombée sur la région. Villes désertes ou quasi, le littoral est endormi. L’occasion idéale d’errer entre quelques villes portuaires et stations balnéaires. Parfois sans croiser un chat pendant de longues heures. Bienvenue dans le Nord – Pas-de-Calais qui se couche tôt.

no images were found

22h. On quitte donc Saint-Pol-sur-Ternoise sous la flotte. Direction Le Touquet, 57 kilomètres sur le panneau indicateur. Sur la route, toujours battue par la pluie, rien à signaler. Les volets des maisons sont fermés. Peu de lumières filtrent. Montreuil-sur-Mer, la cité de Jean Valjean, est dans la même léthargie. Après un petit je-joue-à-retrouver-la-déviation-indiquée-au-début-mais-plus-après-qui-c’est-qui-a-posé-ces-panneaux, on se retrouve sur la route de Berck. Ce sera donc Berck-sur-Mer, la station populaire du Pas-de-Calais, notre prochaine étape. Sauf qu’à l’heure à laquelle nous arrivons, la plage et la digue sont désertes.

Quelques lueurs blafardes dans les immeubles mais c’est tout. Juste nous, un duo à prendre les photos et humer l’ambiance. Avec un bruit lancinant de tintement de ferraille sur la plage, activé par le vent… Rien à faire, on file vers Etaples-sur-Mer, laissant un panneau « 5 euros le menu en semaine » sur le bord de la route. Comme c’est évidemment fermé, on suppute sur le menu se disant qu’à 5 euros, ça ne doit pas être de la grande cuisine…

Aux sombres héros de la mer

A Etaples aussi, la nuit a enveloppé la ville. Rues désertes, quelques rares voitures croisées. Le Nord – Pas-de-Calais se couche tôt. Direction le port. A notre arrivée, un banc de mouettes dégage fissa en vacarme organisé. C’est la seule animation. Les cahutes des poissonniers sont désertes. Ambiance nocturne qui nous incite à nous diriger vers la croix, juste à côté du chantier de réparation navale. Drôle d’impression ici : c’est le monument aux marins locaux qui ont péri en mer. Une longue liste depuis le début du siècle. Des hommes d’âge mûr, des jeunes, des adolescents. A la garde de Dieu, Annick, Moïse, à chaque nom de bateau, on imagine donc la tragédie. Et on se rend compte que souvent les mêmes noms reviennent. Leprêtre, Hagnere, Descharles. De grandes familles de pêcheurs décimées par la mer, parfois père et fils sur la même embarcation. La lueur d’un phare balaye les alentours. Un dernier nom gravé avant de repartir : Fourrier, sur le M/Bijou. 2007.

Boulogne-sur-Mer, pêcheurs de nuit

Nouveau saut de puce de quelques kilomètres. On décide de zapper Le Touquet pour filer directement à Boulogne-sur-Mer et son port où l’on sait que ça vit la nuit. Mais il est encore trop tôt. Seules quelques voitures circulent dans une zone portuaire à l’ambiance surréaliste avec ses

hangars inquiétants qui défilent. Au bord de l’eau, deux chalutiers sont en train de s’activer. Le plus proche de nous bat pavillon néerlandais. Et là, pas question de déranger les hommes dans leur travail. On les observe, on les prend en photo. Ils ne tiquent pas, mais n’ont pas l’air d’humeur à bavarder. C’est l’heure de préparer le bateau. Faire tourner les moteurs. Charger les dernières caisses. Une scène déjà vécue par DailyNord (retrouvez notre reportage Mer patrie : vingt-quatre heures en mer avec les pêcheurs d’Etaples) et on se dit une nouvelle fois que les pêcheurs doivent sacrément aimer cette mer pour accepter d’y partir chaque nuit. D’ailleurs, l’heure du départ a sonné. Le chalutier file pendant que de l’autre côté, les premiers retours de la nuit commencent à envahir le port de Boulogne-sur-Mer. D’ici une heure, l’activité y battra son plein…

Festival de moteurs et de lumières du côté de Calais

Prochaine étape ? Vu le peu d’animation, même dans les grandes villes, on se dit qu’il est inutile de passer par les petits villages. Du coup, on se dirige vers Calais. Bonne pioche. A trois heures du mat’, on croise quelques soubresauts d’animation. Plutôt alcoolisée d’ailleurs l’animation : un groupe de jeunes à moitié ivres devant la gare, un couple qui a décidé de traverser la route en diagonale, un autre groupe aux yeux allumés devant un bar, a priori, les couche-tards sont avant tout de fêtards. Mais comme on n’a pas bu une goutte d’alcool, on ne se sent pas trop prêt pour les discussions avinées. Du coup, c’est du côté de l’embarquement des ferrys que l’on s’arrête,  où là le manège de la journée ne s’arrête pas avec la tombée de la nuit. Plusieurs bateaux à quai et, derrière les grilles, des camions et des voitures qui embarquent direction l’Angleterre. Festival de lumières et de bruits de moteurs pendant que sur le parking qui jouxte les entrées, les camping-cars attendent sagement leur tour dans un froid de canard à faire remonter vite fait dans la voiture un photographe frileux. A deux pas de là, on décide d’aller faire un tour au “Stop”, l’un des points d’embarquements des migrants. Personne. Faut dire, qu’un peu plus loin, la “jungle”, un an après sa destruction,  n’est plus ce qu’elle était. A la place, des fourrés qui envahissaient le site, les forces de l’ordre ont procédé au nettoyage : une longue étendue de vide destinée à repousser ceux qui voudraient s’y installer.

Dunkerque, la poudrière aux beaux apparats nocturnes

Près de 4h du mat’. Les routes sont toujours désertes, la fatigue se fait sentir, au point que sur l’autoroute, on dépasse difficilement les 90kms/h. C’est Dunkerque maintenant, la dernière grande étape des 24h. Dunkerque et

son port Est, bourré d’industries à faire péter une ville toute entière… D’ailleurs, l’une des zones s’appelle La Poudrière. Ici, des panneaux vous informent de ne pas jeter de mégots n’importe où… La nuit, le spectacle est magnifique. Lumières à tous les étages, fumées qui se détachent dans le ciel, rougeoiement des flammes… Ambiance à la fois glauque et magnifique, on s’arrête devant Total Mardyck qui fait un bruit d’enfer depuis que la justice a ordonné la reprise. En sortant de la voiture, on se prend les odeurs chimiques en pleine poire. A sentir ça, on se dit que Dunkerque ne gagnera pas un prix pour la qualité de l’air. Qu’importe si ça fait travailler, peut-être, nous répondront les édiles locaux. D’ailleurs, il est 4h45 et des files de voitures s’engouffrent dans la zone industrielle. On les suit quelques intants. C’est l’heure de la relève à Arcelor-Mittal, Dunkerque s’éveille. Et pour nous, c’est l’heure de prendre le chemin du retour sur une A 25 toujours en travaux et une agglomération lilloise qui se réveille petit à petit,  quelques fêtards pas très frais croisant un promeneur de chien solitaire… Le colis photographe redescend, Bailleul n’est plus qu’à vingt minutes. A droite, le Quick s’éveille comme 24h auparavant. Dans la boîte aux lettres, La Voix du Nord est déjà là. Un coup d’oeil aux titres avant d’aller rejoindre les bras de Morphée : le LOSC s’est fait étriller par le Sporting Portugal, des Roms sont repartis au pays par avion, un camion s’est couché à Saint-Nicolas-les-Arras desservant 32 000 litres de carburant. On n’a rien vu de tout ça. Normal, c’était 24h au hasard dans le Nord – Pas-de-Calais.

L’intégralité du reportage “Les 24h de DailyNord : une journée ordinaire dans le Nord – Pas-de-Calais”

- Le Nord se lève à l’Est (1/3)

- La ruée vers l’Ouest (2/3)

- Une nocturne de port en port (3/3)



Afficher Les 24h de DailyNord sur une carte plus grande

no images were found

Un peu plus de DailyNord ?

4 Commentaires

  1. Beaucoup de plaisir à lire la série sur les 24 heures en Nord-Pas de Calais et très belles photos également.
    A renouveler

  2. Un reportage fort agréable.

    Merci

  3. @Dahlia et Rémi. Merci pour vos encouragements et remerciements !

  4. Un reportage fort humain, un autre regard sur cette région qu’on pense pourtant connaitre…

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

newsletter-abonnement

Les articles de DailyNord les...

De la réforme territoriale aux Régionales

Une Frontiere NPDC/PICARDIE

Pour fêter l'entrée prochaine dans une nouvelle région Nord - Pas-de-Calais/Picardie et les Régionales, DailyNord vous offre un festival de réflexions, d'articles décalés, de reportages.

media-contact

Guerre 14-18

Front ouest295

Le Front Ouest en photos, en fait-on trop sur la Grande Guerre, la vie juste avant la déclaration de guerre, retrouvez nos excellents papiers sur le centenaire du conflit.

lacompagniecrayonne

Les nouveaux maires ont la parole

nouveaux-maires

Frédéric Chéreau, Olivier Gacquerre, Patrice Vergriete, retrouvez nos interviews des nouveaux maires du Nord - Pas-de-Calais

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

le-petit-dico

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex

Un quinquennat à Denain et Saint-Omer

quinquennat-une

Découvrez les derniers articles