DailyUne | Réflexions Par | 08H25 | 20 septembre 2010

Comment rater votre rentrée littéraire

Septembre : la rentrée littéraire. Sept cents bouquins sur les étals avant la période des prix pendant l’automne. Et de belles histoires d’auteurs qui ont réussi. C’est sans compter sur tous ces manuscrits qui ne passent pas le barrage de l’éditeur. Mal écrits, hors sujets, bourrés de fautes, mauvais esprit oblige, on a demandé à deux éditeurs régionaux de nous donner leurs recettes pour rater votre rentrée littéraire (enfin, ne jamais y participer). C’est parti.

« Comment rater sa rentrée littéraire ? Ça tombe bien que vous m’appeliez… j’envisageais d’écrire quelque chose sur le sujet. » On est bien tombé, Gilles Guillon, l’éditeur des fameux Polars en Nord, est en forme et a des choses à dire. Alors, première recette pour vous faire jeter de l’éditeur nordiste ? « Envoyer un manuscrit sans l’avoir relu… Bourré de fautes de grammaire, d’orthographe, d’incohérences… » Logique, non ? Sauf qu’apparemment du côté de Polars en Nord, ça arrive plus souvent que de raison…

De l’art de choisir son éditeur

Dans le même genre recette-de-base-de-l’-auteur-en-herbe, le choix de l’éditeur. Vous écrivez un roman, allez-vous l’envoyer à une maison d’éditions qui fait du document ? Et vice-versa. Non. « Si, répondent quasi de concerts Gilles Guillon et Frédéric Lepinay. Ce dernier, éditeur des Lumières de Lille, explique : « ça paraît logique, mais les gens ne se renseignent pas sur l’éditeur. Alors, je prends le temps de leur expliquer, qu’il faut aller faire un tour sur le site d’Eulalie où on retrouve les coordonnées des éditeurs régionaux. » Bref, Frédéric Lepinay fait du conseil tout comme son confrère polar : « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse avec un roman qui se passe dans l’Etat de New-York… On fait du polar régional, c’est pourtant clairement indiqué… Je leur dis : mais allez voir dans une librairie, renseignez-vous sur les maisons d’éditions... »

Un manuscrit bourré de fautes, une mauvaise maison d’édition, avec ça, on est déjà mal barré… Mais ça ne s’arrête pas là. L’intrigue par exemple. Si dans le cas des Lumières de Lille, Frédéric Lepinay avoue ne pas recevoir trop de manuscrits sortis de derrière les fagots (« mais souvent on m’appelle pour me demander cette enquête m’intéresse… Ouais, elle m’intéresse. Mais l’auteur n’a pas encore écrit une ligne… »), du côté de Polars en Nord, nombre d’écrits repartent directement à l’expéditeur (1/3 des manuscrits ne sont pas publiables, et encore, Gilles Guillon avoue faire un premier tri par mail). Faut dire que certains y mettent du leur : des extraterrestres qui débarquent dans la région, un héros de série télé d’outre-Atlantique qui se retrouve on-ne-sait-comment-muté dans le Nord – Pas-de-Calais, un conflit d’opticiens mettant en scène Afflelou et Mulliez,  Gilles Guillon avoue parfois quelques fous rires… « Ou on en a encore d’autres qui imaginent que leur idée est géniale, qui m’assurent que ça n’a jamais été fait. Ça m’est arrivé  : le mec me disait que c’était une exclusivité, etc. Je lui dit que six mois auparavant, on avait publié un roman dans le même cadre. Il m’a presque accusé de plagiat ! »

Manuscrit protégé = mauvais manuscrit

D’ailleurs, chez les auteurs, pour éviter le plagiat et l’éditeur indélicat qui pourrait publier votre roman sans votre accord, il existe un petit artifice : déposer le manuscrit à la Société des Gens de Lettres afin de le protéger. Intention louable sauf que Gilles Guillon, en cinq ans d’édition, s’est rendu compte d’une chose : « En général, à quelques cas près, quand on reçoit un manuscrit protégé, il est mauvais. Et plus la mention “Protégé” est visible – parfois sur toutes les pages ! -, plus c’est mauvais. » Comprenez alors que vous êtes déjà mal barré, car vous partez déjà avec un très mauvais a priori.

Le genre d‘a priori que Frédéric Lepinay, lui, au moment de la rencontre avec l’auteur : « Il n’y a rien de plus énervant qu’un mec qui te parle d’argent dès le départ alors qu’il n’a encore rien écrit. Alors qu’en plus franchement, s’il vient dans l’édition régionale (et même ailleurs), il ne faut pas s’attendre à ce qu’il fasse fortune là-dedans ! Mais il y a des gens qui y croient énormément… » Et s’imaginent qu’il vont pouvoir s’acheter la dernière Porsche ou mener grand train dans les arcanes peoples du Nord – Pas-de-Calais. « Mais au contraire, reprend Frédéric Lepinay, une impression confirmée par Gilles Guillon, certains sont surpris quand on leur explique comment ça se passe : ils imaginent qu’il faut payer pour être édité. Si certaines boîtes fonctionnent comme ça, un éditeur classique ne vous fera pas payer ! »

Les sites des deux éditeurs : Polars en Nord / Les Lumières de Lille

Crédit photo accueil : Fral-Torqui sur FlickR

Un peu plus de DailyNord ?

Réagir à cet article

La rédaction de DailyNord modère tous les commentaires, ce qui explique qu'ils n'apparaissent pas immédiatement (le délai peut être de quelques heures). Pour qu'un commentaire soit validé, nous vous rappelons qu'il doit être en corrélation avec le sujet, constructif et respectueux vis-à-vis des journalistes comme des précédents commentateurs. Tout commentaire qui ne respecterait pas ce cadre ne sera pas publié. Evidemment, DailyNord ne publiera aucun contenu illicite. N'hésitez pas à avertir la rédaction à info(at)dailynord.fr (remplacer le "at" par "@") si vous jugiez un propos ou contenu illicite, diffamatoire, injurieux, xénophobe, etc.

Les articles de DailyNord les...

Bienvenue dans la ville la plus étrange des Hauts-de-France

L'une des avenues de la zone moderne. Photo : DailyNord

Elle pourrait loger 5 000 personnes, mais cette ville n'aura jamais d'habitants. Découvrez pourquoi.

media-contact

Les vraies raisons de la baisse de fréquentation du Louvre-Lens

louvre-lens-1

Baisse de fréquentation, impacts économiques limités sur le Lensois, DailyNord a enquêté sur le Louvre-Lens. Une enquête en trois volets à consommer sans modération.

lacompagniecrayonne

Comment le Conseil régional compte affaiblir les associations écologistes

Californie avril-mai 2016

Baisse de subventions ou coupures sans préavis, DailyNord révèle comment le Conseil régional des Hauts-de-France a l'intention d'affaiblir les associations qui gravitent autour de l'écologie et de l'environnement. Retrouvez notre enquête.

newsletter-abonnement

Pour ne plus jamais louper un excellent article de DailyNord

L’unique et le seul dictionnaire officiel du Nord – Pas-de-Calais

La madouille (et non la magouille) entre officiellement dans notre petit dico décalé du Nord-Pas-de-Calais. Crédit photo Dailynord.

Retrouvez toutes les définitions du Petit dico décalé du Nord - Pas-de-Calais

Les livres avec Eulalie

Logo CRLL

Mais qu’est-ce que vous êtes en train de lire ?

dailynord-min2

>>> Découvrez le DailyProjet

Partenaire

safetex